Sujet : Installation chauffage résilient

Bonjour,
Je viens demander conseil auprès des experts pour un problème qui me turlupine.

Je précise que je suis un noob total en plomberie, ma femme dis de moi que je suis expert en fuites ... hum ... donc
pas taper svp ...!

Pour le chauffage de notre maison, nous avons opté pour une chaudière bois type Froling S1 15kW avec ballon d'accumulation, sonde et vanne mélangeuse motorisée etc ..., une installation assez standard j'imagine pour ce type de configuration.

Sauf que je me demande ce qui arrive avec ce genre d'installation s'il n'y a plus d'électricité ?
Plus d'électricité = plus d'éléctronique, plus d'electrovanne, plus de sonde, plus de circulateur...

Ma question peut paraitre étrange mais, est-ce qu'il est possible de continuer à utiliser ce type d'installation sans électricité ? Existe-t-il un mode dégradé ?

Existe-t-il une configuration des colonnes de distribution de l'eau dans les radiateurs qui permettent que ça continue à circuler quand même ?

Que faisait-on dans le temps ? Est-ce qu'il y a eu des installations historiques où l'on pompait à la main pour faire circuler l'eau ? Avec  une éolienne ?

Voilà, je délire peut-être mais je voudrais savoir si mon installation est résiliente, si elle peut le devenir et moyennant quoi, ou s'il faut juste oublier et que mon installation serait inutilisable sans électricité.

Merci par avance de vos réponses patientes et ... imaginatives ?

A l'instant

Re : Installation chauffage résilient

Bonjour,
On pourrait vous conseiller un groupe électrogène mais il est probable que le courant issu de ce groupe premier prix mal stabilisé vous anéantirait l'électronique rapidement.
Votre chaudière FROELING ne peut fonctionner qu'avec sa soufflerie.
Autrefois, avec des rendements moindres et des contraintes supérieures, les chaudières à bois fonctionnaient en tirage naturel (ce qui implique des conduits d'évacuation des fumées calibrés, isolés, suffisamment longs et débordants des obstacles naturels que sont les faîtes des toits et les cimes des arbres environnants) .
La société MORVAN fabrique encore ce type de chaudière.
Autrefois, les chaudières étaient installées en sous-sol ou dans une partie basse de la maison et  les tuyaux en acier qui alimentaient les radiateurs quittaient la chaudière verticalement en gros calibre (mini 36mm, mais plutôt 50mm). L'eau chaude plus légère que l'eau froide montait naturellement dans ces tuyaux, alimentait les radiateurs en haut puis redescendait pour alimenter les radiateurs du bas avant de retourner à la chaudière (c'est un principe théorique). Tout ceci nécessitait une longue expérience pour choisir la taille des radiateurs. Donc pas de circulateur!
Enfin, les volumes d'eau circulant dans l'installation étaient importants mais surtout, la chaudière risquait de s'emballer. La combustion rapide faisait monter l'eau à ébullition et pour parer à cet inconvénient, on installait un vase d'expansion ouvert en partie haute (grenier), aujourd'hui remplacé par un ballon d'expansion (ballon d'azote).

Re : Installation chauffage résilient

Merci beaucoup pour votre réponse "Protestant90",
Si je comprends bien, ma chaudière tire "artificiellement" avec sa soufflerie, si bien qu'elle ne saura plus fonctionner sauf si je lui trouve une ventilation de substitution.

J'ai cherché ce que vous voulez dire avec la circulation d'eau et j'ai trouvé le principe du thermo-siphon sur Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Thermosiphon). Ce que vous expliquez c'est que pour compenser les pertes de charge, il faut augmenter les sections pour que l'eau monte et circule quand même, c'est ça ?

Sinon, je ne comprends pas pourquoi vous dites que la chaudière risquait de s'emballer. Se mettre à surchauffer ? Pourquoi le volume d'eau aurait un tel effet ? Un vase d'expansion ouvert ?

Comme vous le comprenez, je cherche des solutions genre 1850-1950, une époque où l'on n'avait pas recours à des d'engins électriques / electroniques. Je fais des fouilles dans l'histoire de la plomberie, c'est pourquoi votre réponse m'est si précieuse !

4

Re : Installation chauffage résilient

Bonjour.

Attention: les chaudières au bois representent un vrais danger si elles sont mal installés ou si ont bidouille l'installation.

Une chaudière au bois doit avoir une sécurité thermique qui décharge l'eau si elle surchauffe, lors de cette décharge d'eau surchauffé, de l'eau du réseau est injecté dans la chaudière.

Cette sécurité ne fonctionne qu'en dernier recours, d'autres sécurités sont presentes et peuvent fonctionner électriquement ou sous l'effet de la chaleur.

Dans le cas ou les coupures de courant sont fréquentes, ou l'eau du réseau est instable, il faut installer les chaudière avec vase ouvert et reserve d'eau.

Dans votre cas, la chaudière devient inopérante si'il y a coupure de courant, "tout simplement elle s’arrête car elle n'as plus d'air"


Je vous déconseille d'essayer d’altérer son fonctionnement sous peine de vous mettre en danger vous même ainsi que toute personne a proximité.

Ma collaboration ne se substitue pas aux DTU relatifs, je ne pourrais être tenu pour responsable en cas de fausse information.

Re : Installation chauffage résilient

Si vous voulez une installation type 1900, il vous faut aussi du matériel type 1900. Mais il aura le rendement de 1900.
Si vous êtes souvent confronté à des coupures électrique, les chaudières consomment peu d'électricité, un petit groupe électrogène couplé à un onduleur suffit à faire fonctionner l'installation. C'est peut être la moins mauvaise anticipation.
De plus, le groupe peut aussi alimenter votre congélateur et sauver votre casse-croute.

Re : Installation chauffage résilient

J'ai étudié les parcours pour un écoulement "naturel" et ça ne me semble pas faisable, je suis en rénovation et il me faut composer avec l'existant :
- mes 2 colonnes principales (A/R) en acier (60 mm) parcourent 13 m en pente légèrement ascendante ; cette partie-là me semble ok d'après ce que je comprends des critères attendus.

- puis elles se subdivisent en 4 colonnes de 26 mm de 6 m de longueur mais pour lesquelles aucune pente n'est possible (sous plafond) ; cette partie serait acceptable

- mais là ou ça se corse, c'est qu'elles distribuent des radiateurs vers l'étage supérieur (+1m) et vers le sol (-2m). J'imagine qu'à 13+6 mètres de la chaudière, l'effet thermosiphon ne doit plus pouvoir jouer. Est-ce que mon raisonnement est bon ?

Pour ce qui est du groupe électrogène, c'est exclu. Il me reste les batteries + panneaux solaires / éolien.

Merci beaucoup à tous pour vos réponses et surtout pour les mises en garde, message reçu !